Etes-vous sûrs que toutes les ondes soient neutralisées ?

Protection électromagnétique

Protection de la maison

Solution : la BioProtection

Envisager de ne plus utiliser le portable n’est pas réaliste. Sauf pour les inconditionnels !
On peut emprunter une autre voie.

Annihilation de l’effet négatif
On peut rechercher une méthode qui diminue ou fait disparaitre l’effet biologique négatif mesurable.
Il existe des produits de ce type sur le marché, habituellement considérés avec méfiance parce que leur principe de fonctionnement n’est pas aisément démontrable selon les lois physiques actuellement en vigueur.
Toutefois, la vérification par électro-acuponcture a démontré que ces produits sont bons et souvent efficaces a 100 %.
Les patients qui avaient des ennuis en téléphonant n’en ont plus !

Intensité inchangée de rayonnement
Paradoxalement, en utilisant les instruments de physique habituels pour mesurer le rayonnement électromagnétique, on constate que l’intensité du rayonnement électromagnétique reste inchangée avant comme après.
En effet, les ondes transversales conventionnelles persistent avant comme après l’annihilation des effets biologiques négatifs, avant comme après utilisation de la puce ou de la carte BioProtect.
Or un produit de neutralisation devrait neutraliser, c’est-à-dire faire disparaitre ces ondes.
Mais si tel était le cas, c’est-a-dire si ces ondes disparaissaient, on ne pourrait plus téléphoner avec un portable !
On doit donc accepter l’hypothèse selon laquelle le rayonnement mesuré est aussi le principe biologiquement efficace, c’est-à dire celui qui agit réellement dans les cellules.
Presque toute la recherche sur l’ElectroSmog est basée sur cette hypothèse.

Dans l’expérience faite avec le portable, l’effet biologiquement négatif des ondes électromagnétiques a bien disparu, mais les ondes mesurables ou transversales persistent toutefois.
Cette contradiction apparente conduit a deux conclusions majeures.
Le rayonnement d’un portable – cela vaut aussi pour tous les autres appareils électriques, comme l’a vérifie le Dr Dietrich GRÜN au cours de ses recherches – doit contenir une partie du rayonnement qui échappe aux instruments de mesure.

Mais cette part de rayonnement, aujourd’hui indétectable et non mesurable, est précisément celle qui est efficace sur le plan Biologique.
À partir d’une certaine intensité, les ondes mesurables produisent des effets biologiques en échauffant anormalement les tissus biologiques qu’elles traversent.
C’est sur cette base que sont juridiquement déterminées les valeurs limites tolérées.
Ainsi, cet échauffement anormal des tissus biologiques rend-il le cerveau des enfants plus fragile que celui des adultes.
En fait, on connait depuis longtemps (1932) les effets non thermiques intervenant en-dessous de la frontière thermique mesurable.
Les scientifiques ont longtemps nié ces effets non thermiques, tout simplement parce qu’ils ne les comprenaient pas.
Or cette partie du rayonnement responsable des effets non thermiques est manifestement modifiée par les produits de neutralisation si bien que l’effet biologiquement négatif du rayonnement disparait.

Seconde conclusion
En d’autres termes, le gros de la recherche sur l’Electro Smog est encore basé sur l’hypothèse erronée selon laquelle les ondes mesurables, avec leurs effets thermiques, sont responsables de la nocivité biologique !
Cette fraction, biologiquement active, du rayonnement prend toujours naissance avec le rayonnement efficace des ondes mesurables, de sorte qu’on peut considérer que la ou des champs électromagnétiques se mesurent avec des appareils habituels, il existe aussi des champs biologiquement efficaces.
Le dicton « Il n’y a pas de fumée sans feu » décrit cette situation de façon appropriée.

La recherche avec les ondes mesurables livre toutefois plusieurs niveaux d’absurdités :
D’abord, les effets non thermiques mentionnés ci-dessus sont 500 000 fois plus faibles que les valeurs thermiques limites.
Ensuite, les rayonnements des portables endommagent les chromosomes, bien au-delà des limites thermiques stipulées pour les cultures de cellules.
En mesurant les points d’acuponcture du corps humain, comme le fait le Dr Dietrich GRÜN, on constate que cette agression électromagnétique nuit a l’organisme.
Son degré de nocivité est très variable selon la source de la radiation.
La téléphonie mobile a un effet particulièrement préjudiciable.
Les biophysiciens savent désormais que certaines enzymes de régulation du stress oxydatif sont sensibles aux champs magnétiques.
Ce désordre provoqué à l’intérieur de la cellule occasionne des troubles fonctionnels multiples, généralisés, intraitables, déjà mentionnés.

En attendant des solutions globales et responsables de la part des autorités de tutelle de chaque pays, nous pouvons et devons nous protéger individuellement.

La mise en place de BioProtect est le résultat de cette recherche.

Pages 1 2 3 4 5